Grand succès pour le colloque Perspectiv’Supply

 

Face à un contexte socioéconomique aux exigences croissantes, la filière Distribution-Transport-Logistique se doit d’engager une coopération renforcée et de revoir sa manière d’appréhender la performance globale dans ses activités. C’est avec cette ambition que s’est tenu à Lyon, le 14 novembre 2017, le colloque de restitution du projet Perspectiv’Supply.

Ce projet, initié par la Carsat Rhône-Alpes, la DIRECCTE et le Pôle d’Intelligence Logistique, vise à mieux concilier les enjeux de performance globale et de santé au travail au sein de la filière des produits frais. Le projet a été accompagné par les experts de Vicariance et Supply Chain Masters.

Aussi, depuis près de 2 ans, un groupe d’une trentaine d’entreprises a mené une démarche portant sur les enjeux de coopération entre les parties prenantes, la détente des flux et la définition d’un cahier des charges de palettisation amont. Près de 200 personnes étaient présentes, parmi lesquelles les membres du projet mais aussi des structures intéressées par les résultats des travaux menés. L’animation de trois tables rondes avec des représentants de la grande distribution, d’industriels, de transporteurs et de prestataires logistique a permis de valoriser les initiatives collectives. Concertation et partage d’expérience furent le fer de lance de cette journée. (Retrouvez les enseignements clés des tables rondes ci-après)

La prochaine étape est le déploiement d’une communauté en ligne à partir d’un site internet dédié au projet et associé à une plateforme collaborative privée (inscription sur simple demande). Ainsi, l’ensemble des entreprises intéressées pourront échanger, enrichir et s’approprier les démarches et outils développés dans le cadre du projet (diagnostics, cahiers des charges, référentiels…), et partager leurs pratiques et retours d’expériences.

Par ailleurs, une présentation des travaux sera menée auprès des fédérations professionnelles et de plusieurs réseaux d’experts pour déployer les enseignements du projet, au service de la performance globale et des équipes de la filière des produits frais.

Ce projet Perspectiv’Supply a été sélectionné parmi les 8 finalistes des ROIS de la Supply Chain 2018 sur 25 dossiers candidats ; ce qui constitue une forte marque de reconnaissance de la plus-value apportée par celui-ci au sein de la communauté Supply Chain.

Pour les entreprises qui souhaitent rejoindre l’action, le prochain rendez-vous est fixé au 1er février 2018 à Lyon, afin de poursuivre les expérimentations et ouvrir de nouvelles perspectives de déploiement.

Pour plus d’informations sur Perspectiv’Supply :
http://www.perspectiv-supply.fr/
contact@perspectiv-supply.fr


 

En complément, les enseignements clés issus des tables rondes :

Table ronde 1 – Mieux coopérer pour plus de performance

Cette table ronde avait deux objectifs : démontrer les bénéfices de la coopération à l’échelle d’une filière, et démontrer la place centrale de l’humain face aux défis technologiques et organisationnels de la filière des produits frais.

Le constat a été unanime, c’est une grande réussite d’avoir mis autour de la table tous les maillons pour dresser ensemble un état des lieux et mener des expérimentations communes qui ont démontrées des résultats probants. Cette dynamique d’ouverture et de transversalité a permis de créer des liens et d’identifier des marges de progrès concrètes et concertées.

Commerce en ligne, mécanisation, flux stockés ou préparation éclatée, éloignement géographique, manutentions manuelles… Les sujets évoqués au cours de cette table ronde ont été riches. Autant d’enjeux pour la filière marquée par une pression temporelle constante et une attractivité en baisse. Un œil ergonomique sur les activités a pointé l’importance des liens entre maillons mais aussi les stratégies mises en œuvre pour produire de la valeur ajoutée au sein d’une même entité. Ainsi, les notions de Qualité du Travail et de Qualité de Vie au Travail ont rassemblé tous les acteurs vers un objectif commun : la satisfaction du consommateur !

A l’heure où les politiques de Responsabilité Sociale des Entreprises font la part belle à l’environnement, il ne faut pas oublier que toute approche de développement durable passe nécessairement par le repositionnement de l’Humain au cœur de la performance.


 

Table ronde 2 – Comment détendre les flux tout en renforçant la performance globale

La table ronde consacrée à la détente des flux tendus a permis de montrer des exemples concrets d’optimisation globale des flux et d’amélioration des conditions de travail pour tous les acteurs.

C’est le cas des produits à DLC courte (salades en sachet, boucherie, steak haché, volaille, snacking, boulangerie-pâtisserie, marée) qui bénéficient d’une journée de plus, soit près de 45 heures au total au lieu de 20 heures, pour être acheminés du fournisseur au magasin en tous points de l’Hexagone. Les résultats obtenus en grandeur nature par Bonduelle, les Transports Jammet, Gagne, CSD, Intermarché et Provencia montrent un changement radical des conditions de travail, même si la fréquence de livraison reste soutenue – 5 ou 6 fois/semaine en raison de la fragilité des produits – où l’anticipation, l’efficience et la sérénité dans toute la chaîne se substituent à la précipitation, aux pertes d’exploitation, aux relations conflictuelles et aux risques accrus d’AT/MP. Une autre enseigne pratique depuis plusieurs années les livraisons en A/C magasin, mais la majorité est aujourd’hui en A/B. A la lumière des tests effectués et des éclairages apportés par les acteurs réunis autour de la table ronde, il semble que la situation est en train de changer vers l’adoption d’un standard en A/C (48 heures du fournisseur au magasin).

Pour les autres rayons à DLC longue (supérieure à 7 jours), les livraisons en 48 heures sont aussi la cible privilégiée, de même que la transmission avant 9h des commandes magasins aux fournisseurs. Mais un autre levier d’action a été expérimenté par une dizaine d’entreprises à l’initiative d’Intermarché. Il s’agit de la fréquence de livraison dont le passage de 5 à 3 fois/semaine permet de lisser les flux (à condition de les alterner) et de réduire de façon significative les surcoûts d’exploitation et la pénibilité dans tous les maillons de la chaîne. Par ce levier très puissant, les tailles de commande sont 30 à 40 % plus importantes, les palettes sont « plus belles », le remplissage des véhicules est optimisé, le nombre de palettes et de véhicules en circulation diminue significativement, de même que les temps d’attente, de réception et de tri sur les plateformes de distribution, ainsi que le nombre de DLC différentes dans les rayons. Ici, les avantages se cumulent en cascade dans toute la chaîne, mais cela nécessite un équilibrage global des flux et un changement d’organisation en l’occurrence dans les magasins pour s’adapter.

Le manque de visibilité des promotions est un aussi une problématique à fort enjeu compte tenu des à-coups d’activité de l’ordre de 20 à 30 % qu’il propage dans toute la chaîne. Ce phénomène a été largement commenté par les membres de la table ronde indiquant les impacts économiques et santé qu’ils subissent. Le partage de la visibilité à 8 semaines, de façon fiable à plus de 98 %, à l’instar d’un grand distributeur qui se démarque de ses confrères, est clairement la voie à suivre. Comme repère commun, un référentiel intitulé « Visibilité partagée des promotions » a été expérimenté par plusieurs entreprises et lancé à l’occasion du colloque.


 

Table ronde 3 – Palettisations et conditionnements

Outre les enjeux de temporalité, les questions de palettisation et d’emballages ont été au cœur des réflexions.

Ce fut l’occasion de présenter les résultats de tests sur la standardisation des plans de palettisation déployés pendant plusieurs mois en conditions réelles d’exploitation. Ainsi, à l’issue de cette expérimentation, un cahier des charges stabilisé autour de 4 modèles de palettisation a pu être établi, en fonction des caractéristiques des produits (fréquence de rotation, multiplicité des références). Un autre test a permis le remplacement de palettes bois intermédiaires par des palettes en carton. Ceux-ci sont très positifs car ils améliorent la productivité des préparations de commande et des réceptions tout en réduisant de façon significative la pénibilité et les risques d’AT/MP.

Enfin, la superposition de 2 palettes à 1,10 m au lieu de 1,80m chaque fois que cela est possible apparaît aussi comme un levier de performance globale qui offre des résultats prometteurs autant en amont qu’en aval de la chaîne pour maximiser le transport tout en réduisant les risques d’AT/MP.